Enquête exclusiveÉpaves et pièces détachées : enquête sur les trafics de voitures

1h 1min
Chaque année, un million de véhicules sont retirés de la circulation. Accidentées ou trop usées, nos voitures, camionnettes et motos finissent leurs vies dans des casses automobiles. La plupart de ces véhicules sont démontés, puis revendus en pièces détachées. D'autres, en revanche, connaissent une seconde jeunesse totalement illicite. Une voiture hors d'usage peut ainsi servir à maquiller une voiture volée ou être transformée en fausse voiture d'occasion prête à être revendue. Un gigantesque trafic qui concernerait plusieurs centaines de milliers de véhicules par an.

Avec une cellule spécialisée de la gendarmerie, nous avons enquêté sur ce business illégal et très juteux qui démarre dans les casses automobiles. En France, il existe 1 700 casses reconnues par l'état et plus de 1 000 clandestines. Résultat : une voiture sur deux en fin de vie échappe à la filière traditionnelle (contre une sur trois en 2010).
Après deux ans d'investigations, les gendarmes ont démantelé un gigantesque trafic de camping-cars volés et maquillés, avec des techniques jusque-là inconnue des forces de l'ordre. Bilan : 300 véhicules saisis et 40 malfrats sous les verrous.
Autre affaire, celle des véhicules inondées et revendus. À Laon, dans les Hauts-de-France, une équipe de truands composée de garagistes et d'experts en automobiles avaient remis en circulation des dizaines de véhicules inondés suite à des crues exceptionnelles dans les Bouches-du-Rhône. Si l'eau dépasse le tableau de bord, le véhicule doit être classé « techniquement irréparable » et donc détruit. Sabine avait acheté l'un de ces véhicules. Elle a failli y perdre la vie. Le nombre d'épaves roulantes (ou plutôt « cercueils roulants »), non autorisées à la circulation, aurait été multiplié par deux depuis le début des années 2000.

À 26 ans, Maxime Richaud vient d'ouvrir le premier supermarché de la pièce d'occasion ; un business d'avenir qu'il espère bien faire fructifier grâce à la loi dite de réemploi. Depuis janvier 2017, cette loi oblige les garagistes à proposer de réparer tout véhicule avec des pièces d'occasion certifiées. On verra que beaucoup la fraudent. Certains, en revanche, sont devenus de véritables rois de la pièce d'occasion. Chez eux, il est possible de diviser votre facture par cinq !

Outre les énormes dangers causés par ces véhicules remis illégalement en circulation, il y a aussi le non-respect des normes environnementales en vigueur. Chargées en acide, huile frelatée, antigel et même explosif, nos vieilles voitures dégradent l'environnement si elles ne sont pas dépolluées correctement.

Enquête sur les nouveaux trafiquants d'épaves et de pièces détachées.

Bandes-annonces / extraits

Enquête exclusive
Magazine d'investigation hebdomadaire présenté par Bernard de la Villardière proposant des reportages sur l'actualité internationale.
Prochaine diffusion dimanche 03/06 à 23h05sur M6