Enquêtes criminelles

Affaire Beaugendre : le corbeau est-il l'assassin ?

Durée : 52min
Le 20 décembre 2012, Aurélie Barbot, 29 ans, est retrouvée gisante sur le pas de la porte de sa cuisine. Elle a été abattue d'une balle dans le visage, à bout portant. Alertés par les cris de ses trois enfants, les voisins appellent immédiatement les secours. La nouvelle plonge alors la commune bretonne de Val-d'Izié dans l'effroi.
Rapidement, c'est l'ex-mari d'Aurélie, Sébastien Beaugendre, qui va se trouver dans le collimateur des enquêteurs. Car depuis qu'ils avaient décidé de divorcer, après 15 ans de vie commune, Sébastien supportait mal l'idée d'être séparé de ses trois enfants. Poussé par le désespoir, le père de famille aurait-il commis l'irréparable ? D'après les proches d'Aurélie cela ne fait aucun doute. Selon eux, Sébastien Beaugendre était violent, il avait même menacé à plusieurs reprises de tuer son ex-compagne. Et ce n'est pas tout. Des traces de poudre sont même retrouvées sur ses mains.
Seulement, face aux enquêteurs, l'homme jure qu'il n'a pas commis ce meurtre. Plus troublant, son fils aîné raconte que ce matin-là, vers 7 heures, il a entendu quelqu'un vociférer des menaces de mort contre sa mère. Et la voix qu'il a entendue est celle d'une femme... Alors qui est cette mystérieuse personne ? Pourquoi menaçait-elle Aurélie ? Est-elle la meurtrière ? Les enquêteurs commencent à douter car un corbeau s'accuse du meurtre et signe ses lettres d'un énigmatique « Madame G. »
Retour à la navigation