Enquêtes criminelles

Affaire Métais : crime en eaux troubles / Pulsion meurtrière : l'affaire Clélia Médina
Durée : 1h 45min
Affaire Métais : crime en eaux troubles
Le 4 octobre 2010, au large des calanques de Marseille, les marins-pompiers repêchent un corps. Il est lesté d'une ancre, pieds et mains ligotés de chaînes et cadenas et, détail sordide, enrubanné dans du gros scotch, telle une momie ! Le cadavre est celui de Jacques Métais, un retraité de la Banque de la France âgé de 66 ans.
Les gendarmes interrogent Annie, sa femme. Les époux sont séparés mais apparemment en excellents termes. Annie révèle être la dernière à l'avoir vu, quelques jours auparavant : elle l'a déposé à l'aéroport et, depuis, est sans nouvelles de lui. Elle apprend également aux enquêteurs que, sous des airs tranquilles, Jacques serait en réalité colérique et provocateur. Un comportement à l'origine de la séparation et qui lui vaudrait aujourd'hui encore de nombreux ennemis. Le tempérament de feu de l'ancien banquier lui aurait-il été fatal ? Pour les gendarmes, l'hypothèse est séduisante mais un élément capital va faire basculer l'enquête. Sur le scotch qui a servi à « momifier » la victime, on retrouve des empreintes digitales : celles d'Annie. L'épouse au-dessus de tout soupçon a donc menti depuis le début ! Placée en garde à vue, Annie avoue, après huit mois de silence, avoir étouffé son mari lors d'une dispute qui a dégénéré. Mais elle affirme que si elle a tué Jacques, c'est uniquement parce qu'il allait s'en prendre à elle… C'était elle ou lui !
Seulement, les gendarmes découvrent que, quelques jours après avoir donné la mort au père de ses enfants, Annie s'est faite passer pour lui afin d'opérer à son profit d'importants transferts financiers…
Alors que s'est-il réellement passé lors de cet huis clos incroyable, à bord d'un voilier en pleine Méditerranée : légitime défense ou meurtre programmé ?

Pulsion meurtrière : l'affaire Clélia Médina
Dimanche 17 février 2008, à Lambersart dans le Nord. Il est 8h45 quand un promeneur découvre le corps sans vie d'une jeune femme, à moitié immergée dans le canal de la Deûle. La victime, Clélia Médina, 18 ans, a été étranglée avant de succomber à un déferlement de coups très violents, portés au visage à l'aide d'un objet contondant.
Très rapidement, la police apprend que la jeune femme a passé la soirée précédente au « Flibustier », une discothèque en vue de Lille, et d'après ses amis, elle est repartie avec son ex petit-ami, Julien Sailly. Selon plusieurs témoins, le couple se serait violemment disputé car Clélia aurait appris que Julien entretenait une relation amoureuse avec une autre jeune femme.
Cette querelle aurait-elle dégénéré ? Julien aurait-il frappé à mort Clélia avant de déposer son corps au bord de la Deûle ? Tout pousse à le croire, d'autant qu'en fouillant le canal, les policiers retrouvent un cric de voiture qui s'avère être l'arme du crime. Un cric du même modèle que celui de la Twingo du jeune homme.
Interrogé, Julien Sailly nie avec force avoir tué Clélia. Et des éléments retrouvés près de la scène de crime vont semer le trouble : sur un mouchoir notamment, les analyses mettent en évidence l'ADN d'un homme que certains témoins disent apercevoir régulièrement le long du canal…

Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
Retour à la navigation