Enquêtes criminelles

Ils lui auraient donné le bon Dieu sans confession...
Durée : 49s
Affaire Magali Delavaud : sortie de route mortelle
Le 14 novembre 2014, à Saint-Cierge-Sous-Le-Cheylard dans les montagnes de l'Ardèche, Magali Delavaud, une jolie jeune femme de 27 ans, est retrouvée calcinée dans sa voiture. Tout laisse penser à un accident. La victime, secrétaire médicale, laisse derrière elle une famille dévastée : un petit garçon âgé d'à peine 2 ans, et l'homme avec qui elle partageait sa vie depuis 2009, Jérôme Faye, 33 ans. Ne voyant pas sa compagne revenir du travail, le chauffeur-mécanicien avait signalé sa disparition le soir précédent. Désormais, il est seul pour élever leur enfant.
Magali Delavaud aurait-elle été victime d'une tragique sortie de route ? L'enquête va rapidement démontrer qu'en réalité elle a été la proie d'un crime maquillé en accident : son corps brûlé est retrouvé sur le siège passager et sa voiture a été arrosée d'essence. De pus, le légiste va découvrir que la jeune femme était déjà morte avant l'incendie !
Auditionné par les gendarmes, Jérôme, le compagnon de la victime, va mettre les enquêteurs sur une piste. Peu avant sa mort, Magali aurait eu un petit écart de conduite avec un médecin interne rencontré à son travail. L'amant éconduit aurait-il voulu se venger ? Au bout de plusieurs semaines d'enquête, les gendarmes doivent se rendre à l'évidence : l'interne n'est pas un assassin et Magali n'était pas infidèle... En revanche, les gendarmes découvrent que Jérôme, le veuf éploré, a une maîtresse !
Pour les gendarmes, c'est largement suffisant pour faire de Jérôme Faye le suspect n°1...

Affaire Cayez : l'assassin habite au numéro 1
Le 17 septembre 2005, Marie-Antonia Jouannet se rend à Soisy-sur-Seine, dans la banlieue parisienne, au domicile de sa fille Audrey, 24 ans, qui n'a donné aucun signe de vie depuis maintenant trois jours. Marie-Antonia découvre le corps de sa fille dissimulé sous son lit. La jeune femme a été étranglée et sauvagement violée. Aucune trace d'effraction n'est pourtant constatée dans l'appartement.
Les enquêteurs concentrent d'abord leurs recherches sur les résidents de l'immeuble. Très vite, un suspect apparaît : Jean-Luc Cayez, le concierge. L'homme a déjà été condamné pour des affaires de viol et, quelques semaines avant le drame, il avait importuné une autre habitante de la résidence.
Les gendarmes pensent tenir le bon coupable mais, contre toute attente, l'ADN retrouvé sur le corps d'Audrey n'est pas celui de Jean-Luc Cayez mais celui d'un autre résident. Les gendarmes pensent être au bout de leur enquête lorsqu'ils vont découvrir que l'assassin a élaboré un stratagème machiavélique pour les tromper...

Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
Retour à la navigation