Enquête exclusive

Plongée inédite dans l’univers carcéral américain…

Durée : 58s
Aux États-Unis, ils sont plus de deux millions de détenus derrière les barreaux. Un record mondial. En plein cœur de l'Amérique rurale, à 4 heures de Chicago, l'Anamosa State Penitentiary nous ouvre exceptionnellement ses portes. Cette prison de sécurité maximum, à l'architecture imposante, est la plus ancienne et la plus grande de l'État de l'Iowa. Construite en 1880, elle détient un millier de prisonniers. Elle est réputée infranchissable. Impossible de s'y évader.

À Anamosa, les trois quarts des prisonniers ont commis des crimes d'une violence extrême. La plupart d'entre eux sont condamnés à perpétuité, sans le moindre espoir de réduction de peine. Ils mourront derrière les barreaux puis, pour la plupart, seront enterrés dans le cimetière de la prison. C'est le cas de Calvin, 39 ans, surnommé C-Lo, écroué pour meurtre. Il est le chef des Bloods, l'un des gangs les plus dangereux des États-Unis. Un statut qui lui permet d'être respecté par tous les prisonniers.
Les gangs, c'est la priorité numéro 1 d'Anamosa. Un tiers de ses détenus est affilié à ces organisations criminelles qui gangrènent le pays. Pour assurer une sécurité maximale, deux cents gardiens se relaient jour et nuit. Du haut de son mirador, l'officier Jones traque le moindre trafic et utilise les méthodes les plus sophistiquées de surveillance. Les prisonniers rebelles sont envoyés à l'isolement. Le régime de détention le plus strict. Des cellules spartiates sans aucun effet personnel, avec seulement une heure de promenade par jour sous escorte spéciale.
À l'inverse, les autres détenus peuvent participer au concours de musculation. Cette année, des montagnes de muscles s'affrontent dans une ambiance survoltée. Et le concours, plus serré que jamais, va se terminer par un incroyable coup de théâtre. Les prisonniers exemplaires, eux, sont autorisés à travailler dans l'une des usines de l'institution, comme Mario, 47 ans, condamné à 25 ans pour le braquage d'une supérette. Son « petit » privilège : fabriquer l'intégralité des plaques minéralogiques de l'État de l'Iowa, soit un million par an, mais pour un maigre salaire (à peine quelques dizaines d'euros par mois).

Une immersion inédite au cœur de la prison d'Anamosa, au plus près des détenus et du personnel de prison dans leur quotidien sous haute tension.
Retour à la navigation